Choisit-on son orientation sexuelle ?


GUTE-URLS

Wordpress is loading infos from scienceshumaines

Please wait for API server guteurls.de to collect data from
www.scienceshumaines.com/choisit-on-son...

Un très intéressant (quoique bref) état de l’art sur l’origine de l’homosexualité. De manière indiscutable, d’après les chercheurs travaillant sur la question, cette dernière n’a rien d’un choix.

Une intéressante distinction est également faite entre le désir (qu’on ne contrôle pas) et les pratiques réelles (qui ne suivent pas nécessairement ce qu’exprime le désir). Le désir n’est pas un choix, par contre les pratiques le sont. Elles résultent d’une combinaison (c’est moi qui l’ajoute) entre des choix individuels et les normes sociales en vigueur. Ainsi, si plus de personnes ayant des désirs homosexuels ont aujourd’hui des pratiques en accord avec ces désirs, ça n’est pas parce qu’il y a « plus » de désir homosexuel, mais une société beaucoup plus tolérante vis-à-vis de ces pratiques. Et comme elles deviennent socialement moins coûteuses, davantage de personnes choisissent de vivre en fonction de leurs désirs.

Je serai également curieux d’avoir de l’information sur l’état de santé mentale des personnes ayant des désirs homosexuels mais qui refusent d’avoir des pratiques cohérentes avec ces désirs. Je pense notamment à certains mormons (mais pas que ; la terrifiante actualité tchétchène le rappelle aussi…). Je pense que l’on peut dire, sans trop de risques, que ces personnes souffrent certainement de dépressions ou de maladies similaires (je l’infère à partir du constat selon lequel le taux de suicide chez les jeunes LGBT est bien supérieur à celui des jeunes hétérosexuels).

Pourquoi les journalistes parlent-ils tous de la même façon dans les JT ?

Dire que la télévision uniformise d’un point de vue culturel me semble être un doux euphémisme. Elle uniformise à la fois ceux qui la regardent, mais comme le suggère cet article, également ceux qui la font.

L’une de mes obsessions autour de The Signal est, d’une certaine manière, de « renouveler » la manière dont l’actualité est traitée. J’ai été tellement déçu par la couverture médiatique américaine de la dernière campagne présidentielle que j’en suis venu à penser que cette uniformisation culturelle de ceux qui font les médias a tendance à les rendre partiellement « myopes ». Les humains sont des animaux sociaux, dont certains comportements sont grégaires, et je ne vois pas pourquoi les journalistes seraient moins concernés que les autres par des effets de groupe.

Je ne prétends en aucune façon que The Signal est la solution à quoi que ce soit ; j’espère cependant a minima que c’est un lieu de réflexion qui permettra d’y voir un peu plus clair.